Écriture ROBERTO ARLT, ESTHER CROSS Traduction et Adaptation ÉMILIE VALANTIN Mise en scène JEAN SCLAVIS

Théâtre et marionnettes

Pinède Sous chapiteau

19 h

Du 10 au 22 juillet – Relâche le 15 juillet

Durée : 1 h

Dès 14 ans

Tarif A Normal 16 €  Réduit 13 €  Abonné 11 €  Enfant 8 €

www.cie-emilievalantin.fr

© Cie Emilie Valantin

L'HISTOIRE

La Compagnie Émilie Valantin qui a porté en 2008 la marionnette au répertoire de la Comédie- Française s’empare ici de deux textes d’auteurs argentins. L’un est « Preuve d’Amour » de Roberto Arlt, l’histoire de Gunter, un homme riche qui doute du désintéressement de sa fiancée et qui décide de mettre son amour à l’épreuve. L’autre est « L’amour de Victoria » d’Esther Cross, l’amour secret et floué de Carlos pour la femme de son meilleur ami. Sur fond de tango argentin, les deux comédiens-manipulateurs-musiciens-danseurs donnent vie à ces personnages intrigants à l’aide de marionnettes de grande taille.

 

NOTE D'INTENTION

Si dans la célèbre phrase de Pierre Reverdy : « Il n’y a pas d’amour heureux, il n’y a que des preuves d’amour. », pour Roberto Arlt, même les preuves d’amour sont des leurres et des prétextes inépuisables à manipulations. Dans son texte, nous imaginons Gunter en artiste plasticien... Pour pouvoir vivre une relation amoureuse idéale, il crée lui-même, d’avance, la réplique de sa fiancée. Elle surgit en chair et en os avec quelques illusions et son panache de femme moderne.

Le second texte, d’Esther Cross, est à la fois métaphysique, satirique et terriblement romantique. Le recours à la manipulation du personnage-clé de l’histoire, lui donnera toute sa représentativité tragique : l’homme qui craint la mort. Les acteurs en chair ouvriront la porte de la satire, du quotidien, voire du vaudeville, en s’affairant autour de lui, en lui répondant, en dansant avec lui, l’accompagnant ainsi de la cuisine au cercueil.