CARREVES Hashtag

VISUEL SITE

2017, c'est fini, en route pour 2018

L'édition 2017 du Festival Villeneuve en Scène est achevée, en route pour 2018 ! Nos bureaux ouvriront à partir du mois de janvier 2018. A bientôt !

Écriture SEBASTIEN LE GUEN, JEROME HOFFMANN Mise en scène NICOLAS HEREDIA

Cirque contemporain

Clos de l'Abbaye Sous chapiteau

20 h

Du 19 au 22 juillet

Durée : 50 minutes

Dès 7 ans

Tarif A Normal 16 €  Réduit 13 €  Abonné 11 €  Enfant 8 €

www.lonelycircusweb.free.fr

© Ph. Laurençon

L'HISTOIRE

Au plateau, un duo qui s’essaye et se rattrape aux sons étranges de l’orgue de tiges filetées, caressées par l’archet, ou dans la résonnance sourde de bastaings de bois malmenés. Ils tanguent ensemble sur les pulsations d’une platine vinyle transformée en boîte à rythmes bancale. Ils se nourrissent l’un l’autre en se donnant du son à moudre. Entre concert et performance plastique, une proposition où, si le silence est roi, le groove et le swing se nichent peut-être entre un boulon et une planche de bois.

Les deux artistes évoluent dans un espace-partition aux lignes épurées : le musicien autour d’un îlot constitué de machines à sons faites maison ; l’équilibriste entre une slackline (sangle à cliquet sonorisée), des bastaings de bois, des planches empilées et un lino de salle de bain détrempé. Ils composent et décomposent leur cirque électro et tentent le grandiose dans le minimal, le bricolé.

La lumière les éclaire, les éblouit, les range et les dérange pour composer une cérémonie sensible et singulière.

 

NOTE D'INTENTION

C’est dans la musicalité de la scène, toujours, que se cherche le langage d’un spectacle. Langage des corps, des images et du temps. En partant de la matière rassemblée par Sébastien et Jérôme dans leurs premières recherches, nous avons donc cheminé vers l’écriture de notre « partition du risque et de la chute ». Nous avons pris le temps, parfois, de la faire grincer un peu, pour que chaque note trouve sa place, fut-elle inconfortable, pourquoi pas. Nous avons souvent parlé de l’épaisseur de la seconde, du temps comme il passe et se dilate, se rétracte et se suspend (une essence commune du cirque et de la musique ?). Nous avons beaucoup songé à la quête et à la fragilité de l’humain face à ses obsessions et à ses désirs. Nous avons poussé nos tentatives toujours un peu plus près du bord. Nous avons cherché la musicalité graphique du risque, joyeusement. Reste maintenant à partager, intacte et pure, la sonorité légère et dangereuse de la représentation : artistes en vol et spectateurs en suspens.

Nicolas Heredia